Une Histoire de Masques … à Mulhouse

Le virus … bien sûr à l’origine !

Depuis début mars 2020, deux amies mulhousiennes parlent “masques » ensemble :

L’une malade du coronavirus, qui traîne sur les réseaux sociaux et couturière à ses heures,

L’autre engagée à 100% sur le terrain comme conseillère municipale.


Elles explorent les articles et réflexions sur les réseaux sociaux d’un bout à l’autre de la planète, réalisent des prototypes de masque, regardent ce que postent des couturières à l’œuvre depuis le début du covid 19, discutent avec leurs amis, des officiels, des scientifiques, sur le sujet qui leur tient à cœur : la confection de masques tissu, un sujet sensible et intéressant !!


Des millions de personnes en portent dans le monde, à la fois pour se protéger et pour protéger les autres, bien avant l’arrivée du Covid 19. L’idée n’est peut-être pas si bête !? Par ailleurs, le jetable est-il la meilleure solution pour notre planète ?  Le masque du personnel soignant doit certes répondre à des exigences, c’est non négociable ; ces dernières doivent-elles être obligatoirement les mêmes pour le personnel non-soignant qui est aussi sur le terrain malgré le confinement ?

Faire équipe pour réfléchir ensemble et avancer !
L’objectif était de rassembler les mulhousien.es sur un discours commun pour que le masque de protection en tissu devienne une aventure collective, solidaire et positive, en complément des gestes-barrières !
Alors, très rapidement des partenaires ont rejoint cette aventure :

. L’APA s’est intéressée très rapidement à l’histoire pour répondre à de réels besoins propres. Ils sont engagés actuellement dans le projet avec un réseau interne de couturières.
. La petite Manchester, école-fabrique, dont la volonté est de rendre la couture plus accessible à tous,

. Flo, une amie graphiste, s’est alors penchée sur la nécessité de rendre les aspects techniques de création de masques plus pédagogiques, donc visuels,

. Carbone Café, le voisin du dessous providentiel, s’est proposé de mettre ses compétences au service de la cause pour réaliser le montage vidéo,
. Violaine, une autre amie couturière professionnelle, mais aussi ingénieure de formation, s’est penchée sur les aspects techniques de fabrication,

. Des contacts ont alors été pris avec le Pôle textile Alsace qui travaille sur un projet similaire, de façon industrielle,

. Le CSC Lavoisier a proposé rapidement un lieu pour accueillir des couturières et devenir ainsi un pôle de fabrication à disposition des bénévoles,

. Des jeunes doués en informatique se prennent au jeu pour créer le site internet et la page Facebook,

. Dans cet esprit de solidarité, la cagnotte était indispensable : elle sera abritée par le Fond Habitats Familles Solidaires pour financer le système par l’achat de fournitures.

. Les Scouts et les Guides de France assurent principalement la logistique (gestion des flux des commandes et portage sur les lieux de distribution par le biais de jeunes coursiers).

. L’association “Wakamoun – Projets solidaires” accepte d’assumer le portage juridique de l’ensemble et met ses familles adhérentes à contribution !

Ce projet nous concerne donc tous : couturières, fournisseurs, donateurs, sympathisants, témoins ou bénéficiaires de gestes de solidarité ou tout simplement convaincus par cette chaine humaine et  solidaire dans notre région particulièrement touchée par le Covid-19 !

Ainsi, grâce à l’aide et à la générosité de tous, cette aventure, confidentielle à ses débuts, devient virale ! Un bon virus cette fois-ci !

Vous souhaitez rejoindre l’aventure ?